Boehringer lègue des activités en très bonne santé à Sanofi

Le 05 Avril 2017
Imprimer
 

De son fief d’Ingelheim, près de Francfort, la pharma allemande Boehringer Ingelheim a présenté ce 5 avril 2017 des résultats 2016 qui « excèdent nos prévisions », s’est félicité Hubertus von Baumbach, le président du conseil d’administration. Le groupe a, en effet, annoncé un CA de 15,9 Md€, en hausse de 7,3 %, assorti d’un résultat d’exploitation de 2,9 Md€, en progression de 27 %. Cette performance a été soutenue par le paiement de redevances (500 M$) issues du partenariat engagé avec AbbVie dans le domaine des maladies immunitaires, mais a aussi été affectée par certaines dépréciations issues du swap avec Sanofi, qui a pris effet au 1er janvier 2017, et des frais de réorganisation induits. La pharma tricolore a récupéré l’an passé les activités de santé grand public de Boehringer et lui a cédé en retour sa santé animale (Merial). « Près de 3 000 collaborateurs ont été affectés à ce swap qui a notamment requis le transfert à Sanofi d’une centaine de systèmes d’information et de 1 600 contrats commerciaux ».
Simone Menne, la directrice financière de la pharma allemande, n’a pas manqué de souligner que les activités de santé grand public – pour la dernière fois comptabilisées dans le périmètre de Boehringer – avaient progressé de manière remarquable en 2016 (+ 5,5 % à 1,6 Md€). La santé animale du laboratoire allemand, qui n’intégrait pas les résultats de Merial, affiche aussi une très bonne performance en 2016 avec un CA en hausse de 8,5 %, à 1,5 Md€, marqué par la robustesse des ventes du vaccin Ingelvac (283 M€). Avec l’intégration de Merial, le CA de la santé animale devrait « plus que doubler en 2017 », a indiqué Hubertus Von Baumbach. Hasard du calendrier, le chantier de l’extension des capacités de la plateforme de bioproduction de Vienne (700 M€ d’investissements, 500 nouveaux emplois) débutait le jour de la présentation des résultats. La direction en a profité pour confirmer qu’elle entendait devenir un acteur majeur de la sous-traitance européenne dans ce domaine.