Des actionnaires de Genzyme pressent le board de discuter avec Sanofi

Le 31 Août 2010
Imprimer
Si les membres du conseil d’administration de Genzyme rejettent « sans exception » la proposition décrite comme « irréaliste » de Sanofi-Aventis, certains actionnaires souhaiteraient, en revanche, que des négociations s’engagent. Matrix Asset Advisors, un gestionnaire de fonds new-yorkais qui détient 319 900 actions Genzyme – pour une valeur de 22,5 M$ au cours actuel, mais à peine plus de 0,1 % des titres en circulation –, a écrit en ce sens au conseil d’administration de la biopharm de Cambridge (Mass.) : « Il est clair que l’offre de 69 $ est un simple point de départ pour les négociations et qu’elle pourrait évoluer à la hausse ». Au mois d’avril, Matrix – qui a récemment augmenté sa participation dans Genzyme – enjoignait Henri A. Termeer de céder le contrôle de la compagnie à une big pharma.
David A. Katz, le président du gestionnaire de fonds new-yorkais, est persuadé que dans l'hypothèse où une contre-offre viendrait renchérir la proposition de Sanofi, l’action Genzyme pourrait se rapprocher sensiblement des 80 $. Des analystes financiers estiment, pour leur part, qu’une OPA hostile de Sanofi-Aventis sur Genzyme obligerait le groupe français à relever son offre à 75 $ par action. D'autres considèrent que les raiders Carl Icahn ou Ralph Whitworth – ce dernier a été "invité" au conseil d'administration de la biopharm pour contrarier les ambitions du premier – seraient prêts à vendre les quelque 4 % du capital qu'ils détiennent chacun à 78 ou 79 $ l'action.
Ce même mardi, changement de ton chez Genzyme. Pour la première fois, Henri A. Termeer a indiqué au Boston Globe que son entreprise était ouverte à un rachat, mais pas au prix proposé par Sanofi-Aventis.